▷ Touche médicale – A quoi sert-elle ?
Articles » Santé » ▷ Touche médicale – A quoi sert-elle ?

▷ Touche médicale – A quoi sert-elle ?

1 Etoile2 Etoile3 Etoile4 Etoile5 Etoile (Aucun vote actuellement)
Chargement...

En acumétrie (une technique audiologique qui examine la capacité auditive à l’aide d’un diapason médical), on peut diagnostiquer chez les patients des hypocausies de transmission et neurosensionnelles. Les diapasons médicaux sont des instruments utilisés pour contrôler l’audition d’une personne.

Un jeu complet de diapasons médicaux est nécessaire pour effectuer un examen. La façon de détecter un problème auditif est de frapper le diapason en émettant, avec les vibrations, une tonalité pure d’une certaine fréquence qui correspond aux notes de Do de la gamme musicale

Les fréquences à émettre par chacun d’eux seraient : 125, 250 500 et 1000 Hz.

Quels sont les différents types de diapasons ?

Le diapason est un instrument médical composé de deux branches métalliques épaisses disposées en forme de U et capables d’émettre un son à une fréquence calibrée donnée.
Le diapason Lermoyer possède un curseur et permet, grâce à un examen très simple et rapide, de déterminer la nature de la surdité (transmission ou perception).
Les deux branches de ce type de lames vibrantes ont un curseur.
La longueur des lames vibrantes est d’environ 20 centimètres. Ce type de lames vibrantes est capable de fournir des oscillations durables, un son de très grande pureté, une grande stabilité et durabilité.

La touche Hartmann n’est pas équipée d’un curseur.
Il est plus petit que le diapason Lermoyer, ses dimensions peuvent même être réduites de deux fois la taille du premier, mais ses performances sont identiques en termes de pureté et de précision du son émis.

Comment identifiez-vous un problème auditif avec l’utilisation des lames vibrantes ?

Pour détecter un problème auditif avec un diapason, deux types de tests sont effectués :

AUTRE LECTURE :   Acidose, PH et maladie - Biosalud

Le test de Rinne est une comparaison de l’audition du patient lorsqu’il scanne par voie aérienne et lorsqu’il scanne par voie osseuse (dans la même oreille). Chez les sujets ayant des oreilles saines, entendre les diapasons par voie aérienne est préférable à entendre par voie osseuse.

Conclusions tirées de l'acumétrie : Rinne+, Rinne-
Conclusions tirées de l’acumétrie : Rinne+, Rinne-
  • Si les voies respiratoires sont meilleures que l’os, le Rinne est (+)nous nous trouvons devant un perte d’audition neurosensorielle ou perceptuelle.
  • Si la conduction osseuse est meilleure que la conduction aérienne, l’indice Rinne est (-)nous nous trouvons devant un surdité de transmission.
  • Il peut y avoir des cas de Faux (-) lorsqu’il existe perte auditive profonde dans une oreille.

Ce test compare l’audition de conduction osseuse entre les deux oreilles du patient. Le test consiste à placer la tige du diapason vibrant sur le front du patient et à lui demander de nous informer de l’oreille par laquelle il pense percevoir le son. Il peut également être placé au centre du sommet crânien ou sur les incisives supérieures centrales.

Acumétrie : Weber
Acumétrie : Weber
Conclusions tirées de l'acumétrie : latéralisation.
Conclusions tirées de l’acumétrie : latéralisation.

En conclusion, c’est ce que nous allons dire :

  • Si l’oreille est habituelne se latéralise pas (=).
  • Si c’est de la part de diffusion en continusur le côté de la mauvaise oreille.
  • Inversement, si la perte auditive est neurosensorielle ou perceptuellelatéral à la bonne oreille.
AUTRE LECTURE :   ▷ 7 Remèdes à la maison pour la toux des enfants

Résumé

La touche médicale - A quoi sert-elle ?

Nom de l’article

La touche médicale – A quoi sert-elle ?

Description

En Acumétrie (une technique audiologique qui examine l’audition à l’aide de diapasons), on peut diagnostiquer chez les patients des hypocausies de transmission et neurosensionnelles. Les diapasons médicaux sont des instruments utilisés pour contrôler l’audition d’une personne.

Auteur

Sumikos

Nom de l’éditeur

Sumikos

Logo de l’éditeur